Une vue de la côte depuis Green Cove

Lors de ma 5e journée (16 juillet) de ce voyage en Nouvelle-Écosse, je me suis levé vers 7 heures, et oui je suis plus matinal en camping que chez moi, et après avoir déjeuné, je suis parti à 8 h 30 avec un petit détour au dépanneur pour acheter de la glace. Avec une chaleur qui se maintient au-dessus des 30°C  le jour, la glace fond très vite. Après l’arrêt au dépanneur, je me suis dirigé vers Neils Harbour en prenant soin de m’arrêter à toutes les haltes. En passant, vous retrouver à Neils Harbour le seul poste d’essence entre Chéticamp et Ingonish, donc veut mieux prévenir avant de s’aventurer dans le parc.

Un petit chemin de bois à Green Cove

Les haltes en bord de mer offrent rapidement une vue sur la côte. Que ce soit Green Cove ou Cape Ladies, cela veut la peine d’y prendre un petit 5 minutes pour y jeter un oeil. Les trottoirs de bois n’y sont jamais très longs et ils offrent un paysage fort différent de celui sur la côte ouest du parc (Chéticamp). Pour aller à Neils Harbour, il faut quitter la Cabot Trail pour la route New Haven. Le village est très petit et on y voit un beau petit phare … lire la suite.

 



Pour la 4e journée (15 juillet 2008) de mon voyage en Nouvelle-Écosse, j’ai quitté le secteur ouest (Chéticamp) du parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton vers le secteur qui donne sur l’océan Atlantique (Ingonish), mais en cours de route j’ai quitté la Cabot Trail pour la route Bay Saint Lawrence et finalement la route Meat Cove.

Meat Cove

Pour revenir au début de ma journée, je dois dire que c’est le début de la Cabot Trail qui est la plus belle et la plus intéressante à conduire, le secteur Est n’ayant pas le même charme. La Cabot Trail est intéressante de Chéticamp jusqu’au sentier Lone Shieling ce qui donne environ 30 km. Et par la suite dans les environs de Big Intervale sur une distance d’environ 15 km, le reste de cette célèbre route est à mon avis très ordinaire. Du moins, il a plus impressionnant ailleurs au pays. … lire la suite.

 

La Cabot Trail

Le jour 3 (14 juillet 2008) de mon voyage en Nouvelle-Écosse,  c’est commencé à 8 heures lorsque je m’y suis levé après une bonne nuit de sommeil. Après avoir déjeuné et m’être préparé pour cette nouvelle journée, je suis parti vers 9 heures pour me rendre aux chutes Beulach Ban. Celles-ci se trouvant environ à mi-chemin dans le parc des Hautes-Terres-du-Cap-Breton allaient séparent ma visite du parc en 2. En y allant, j’ai vu 2 orignaux traverser le chemin comme rien n’était, et ce, à 9 h 45 dans la section indiquée comme risquée sur la Cabot Trail. On monte également 2 bonnes côtes (mont French et le mont MacKenzie) pour s’y rendre, mais celles-ci sont encore pires pour revenir. Les monter se fait à 50 km/h tout comme pour les descentes, où il faut rétrograder de vitesse pour ne pas polluer inutilement et user les freins.

Baie Pleasant

La section de la Cabot Trail entre Chéticamp et Baie Pleasant est fort intéressante à conduire et offre de magnifiques points d’observation. Pour avoir fait, le reste de la route jusqu’à Ingonish, toute la beauté de la Cabot Trail,se trouve sur la côte du golf du St-Laurent, le reste étant relativement plat. … lire la suite.

 

J’ai ajouté aujourd’hui 10 photos prises au Cap-Breton, lors de ma 2e journée de mon voyage en Nouvelle-Écosse. Ces photos n’allant pas dans la description de cette journée, je ne savais pas trop comment les présenter. Celles-ci seront éventuellement mieux placées dans le blogue, mais en attendant je les mets ainsi, comme cela je pourrais passer au jour 3 du voyage.

Ces photos ont été prises depuis différents points de vue en bordure de la Cabot Trail entre Chéticamp et le sentier Skyline.

… lire la suite.

Nouvelle-Écosse
2 027 lectures & 4 commentaires

En fin de journée, après avoir soupé, j’ai décidé de quitter mon emplacement de camping pour aller faire le sentier nommé « Le Buttereau ». Ce dernier est une boucle de 1,9 km qui prend entre 40 et 50 minutes à parcourir. Selon le guide d’information, ce dernier raconte l’histoire des Acadiens, en plus de permettre l’observation des oiseaux et d’avoir une vue sur le golf du St-Laurent. Mais, surtout ce qui m’a attiré là, c’est qu’on y annonce de magnifiques couchers de soleil et comme il était près de 20 heures, cela serait le moment idéal pour y aller.

Le Buttereau

Lorsque je suis arrivé sur les lieux, il n’y avait qu’une femme qui promenait son chien. Des chiens en passant, j’en ai vu plusieurs lors de ce voyage. À défaut d’avoir des enfants, de nos jours les chiens ont remplacé ces petits amours. Bref, je l’ai croisé au début du sentier, mais moi j’arrivais et elle, elle avait fini d’y faire son petit tour. Le sentier commence par une longue et interminable pente à monter. Une fois là-haut, on a le choix de continuer ce sentier ou … lire la suite.

 

Pour commencer ma visite dans le parc national des Hautes Terres du Cap-Breton, j’ai commencé par le sentier nommé Skyline. C’est assurément le plus fréquenté et l’un si ce n’est pas le plus beau du parc, et ce, avec raison. Le plus fréquenté, mais on est loin de la fréquentation des sentiers du lac Louise en Alberta. Le plus populaire du parc, mais on peut y marché relativement seul et ce malgré le beau temps que j’ai eu droit.

La Cabot Trail

Pour commencer, le sentier Skyline est un sentier aller-retour de 8,7 km d’une durée approximative de 2 à 3 heures. Pour ma part, je l’ai fait en 2 heures. Le sentier est très bien aménagé et le trajet est facile d’accès. Le sentier donne accès à un promontoire aux falaises abruptes donnant une belle vue sur la « Cabot Trail » et sur le golf du St-Laurent. La fin de ce sentier se trouve sur un trottoir de bois et il est interdit de s’aventurer en dehors de celui-ci dû à une végétation fragile … lire la suite.

 

Après avoir été marcher en bordure du bassin Minas dans le parc provincial de Five Islands, j’ai repris la route à 8 h 07 en direction du Cap-Breton et pour être plus précis pour le terrain de camping de Chéticamp. Ne sachant pas trop à quelles heures j’allais y arriver, j’avais réservé 2 nuits à ce dernier avant d’entreprendre ce voyage pour être certain d’avoir de la place… et cela n’aurait vraiment pas été nécessaire. Mais bon, revenons au début de cette route qui mène au Cap-Breton. Dès mon départ, du parc provincial de Five Islands, je suis tombé sur une route en construction et j’ai dû y faire un autre 5 km de route sur gravier. Le mal étant fait la veille, ce n’est pas ces 5 km additionnels qui allaient rendre la voiture plus sale qu’elle l’était.

J’arrive ensuite assez rapidement sur la transcanadienne (autoroute 104) dans les environs de Great Village. Que dire de cette autoroute? C’est une belle autoroute où la vitesse permise est de 110 km/h et que, tout comme pour l’autoroute 1 au Nouveau-Brunswick, les haltes routières sont inexistantes. Le passage par Five Islands m’aura évité la section payante de l’autoroute comprise entre Oxford et Great Village (4 $ pour une auto). Pour l’autoroute, elle se fait assez bien, mais pour les véhicules en manque de puissance, sachez qu’il y a de bonnes côtes à monter avant d’arriver au Cap-Breton dans les environs de Barneys River Station, et ce, sur plusieurs kilomètres.

L’autoroute 104 se conclut au Canso Causeway … lire la suite.

Les photos prisent du 30 juillet au 1 août 2007 au parc National de Kouchibouguac au Nouveau-Brunswick viennent d’être ajouter. Durant mon séjour, je n’ai pas pris énormément de photos préférant me relaxer sur la belle plage Kellys et profiter de ses eaux chaudes. Le parc est reconnu pour avoir les eaux, les plus chaudes au nord de la Virginie. Lors de mon passage la température de l’eau était de 24 degré Celsius. L’eau y est chaude, mais se n’est pas très profond. Et il faut se rendre loin avant dans avoir au-dessus des épaules. Autre désagrément, c’est la présence de méduses à se temps là de l’année vu les conditions idéales qui s’y trouve (faible profondeur, eaux chaudes).

En plus de profiter de la plage, j’ai profité des pistes cyclables que le parc offre. De belles pistes bien entretenues, un vrai régale. En tout, c’est 60 km de sentier que le parc de Kouchibouguac a à offrir.

Voici un aperçu des photos prisent:

La rivière KouchibouguacMon site sur la camping South KouchibouguacAmphithéâtre extérieurSecteur de la plage KellysLe quai permettant de se rendre à la plage KellysLa piste cyclable du parc National de KouchibouguacParc National KouchibouguacLa plage KellysLa plage KellysSecteur de la plage KellysLe sentier du Marais SaléUn Wigwam

Plus d’image de parc National de Kouchibouguac ici

 

Les photos du 28 juillet 2007 au parc national de Forillon en Gaspésie viennent d’être ajouter. J’ai pris beaucoup moins de photos cette journée là, car mes piles m’ont laissé tombé après 7 km de marches. Et j’ai également eu la mauvaise surprise rendu au phare de Cap-Gaspé, d’apprendre que mes batteries de rechanges ne sont plus bonnes. (J’ai une pile qui ne garde plus sa charge.) Et comble de malheurs, il y avait à ce moment un phoque pas tellement loin de la falaise. Heureusement, j’ai pu en voir un autre un peu plus tard sur la plage de Petit-Gaspé où j’ai été me reposer après ma marche.

Pour cette journée, j’ai fait le sentier qui relie Grande-Grave à Anse-aux-Amérindiens. Et de ce dernier jusqu’à Cap-Gaspé. Ensuite, j’ai été à la plage de Petit-Gaspé pour me reposer un peu et c’est là que j’ai vu de nouveau un phoque.

Le temps est plus gris, car à partir de 16 heures, j’ai eu droit à de la pluie pour le reste de la journée… et le lendemain matin pour mon départ. C’est pas ce qui a de plus le fun en tente.

La prochaine série d’image sera des photos prisent du Rocher Percé et de Carleton, le 29 juillet.

Cap-GaspéLe phare de Cap-GaspéPhoto prise depuis le sentier qui relie Grande-Grave à Anse-Aux-AmérindiensGrande-GraveUne église sur le site du camping Petit-GaspéUne vue du camping depuis mon siteMon site sur le camping Petit-GaspéMon emplacement sur le camping Petit-GaspéLe vue depuis la plage de Petit-GaspéQuelques rochers à l'ouest de la plage de Petit-GaspéUne tête de phoqueLa plage de Petit-Gaspé

Plus d’image de la Gaspésie ici

 

Cette journée aura été assez calme, la fatigue se faisant un peu sentir, les visites auront été moins longues. Et la météo pour la première fois du voyage aura été moins belle. Jusqu’ici, j’aurais eu droit à de beaux ciels bleus, mais pour cette dernière journée complète à Jasper, le ciel aura été plus gris avec une averse en fin d’après-midi (et dans la nuit). Mais, j’ai tout de même été voir quelques endroits, mais la motivation était un peu moins là et cela a probablement influencé mon opinion des endroits visités.

Premier arrêt de la journée, le canyon Maligne. C’est une étroite gorge de 50 mètres de profondeur. L’endroit est facile d’accès et il n’est pas nécessairement très long à voir. Après une vingtaine de minutes, on a pas mal fait le tour.

Deuxième arrêt de la journée, le lac Maligne. Le lac a une longueur de 22 km, mais vu sa forme, on ne peut le voir au premier coup d’oeil. Il est possible de faire une croisière sur le lac, mais je me suis contenté de le voir depuis la rive. Et des sentiers, ce n’est pas ça qui manque au lac Maligne. Je ne peux dire le nombre de kilomètres, mais ils doivent se rendre jusqu’à l’autre bout du lac. Par contre, contrairement au sentier que l’on voit au lac Louise, ceux-ci sont moins praticables. Les sentiers sont dans le bois et suivre le relief du sol, des racines d’arbres… c’est vraiment marcher dans le bois. J’ai marché un peu, mais je n’aimais pas trop ça. On n’est pas supposé marché seul et étant seul, je n’avais pas le choix si je voulais voir. Mais, contrairement au lac Louise ou au lac Moraine, il n’y a pas beaucoup de monde et on se trouve à être seul, sans réellement personne devant soit ou derrière. La crainte de voir un ours et l’épuisement se faisant sentir, je dois avoir marché 20-30 minutes avant de revenir sur mes pas. Mais, j’ai tout de même eu la chance de voir un petit chevreuil passer à un mètre de moi sur le sentier que j’avais emprunté. Ce lac en vaut probablement la peine et avoir été deux, j’en aurais probablement profité plus.

De retour vers Jasper, j’ai fait un arrêt au lac Medecine pour y prendre des photos. Le décor s’y prête très bien pour ceci. Le lac avec quelques tables de pique-niques se trouve tout juste au bord de la route. Le lac Medecine alimente l’un des plus importants réseaux fluviaux souterrains de l’Amérique du Nord (Guide des Montagnes).

Une fois près de Jasper, j’ai été voir les lacs Annette et Edith. Ce sont deux petits lacs bordés de plages sablonneuses où il est possible de se baigner. Un petit sentier pavé permet de faire le tour du lac Annette. Il en prend près d’une demi-heure pour en faire son tour. Tout comme les autres lacs de la région, l’eau y est turquoise. Depuis le lac Annette, on y a une bonne vue sur le mont Pyramid. Son nom provient de sa forme et la montagne atteint les 2766 mètres d’altitude.

… lire la suite.