La plage du camping Broad Cove

Le camping Broad Cove se trouve dans le magnifique parc national des Hautes-terres-du-Cap-Breton sur le versant Est de ce dernier. Il donne également directement sur l’océan Atlantique. C’est le plus grand camping du parc et il offre une grande section pour les roulottes et autres motorisés. Comment décrire ce parc? Je dois dire que j’ai choisi ce dernier par défaut, car l’an dernier j’avais dormi à celui d’Ingonish et je voulais donc en voir un nouveau. Mais, j’ai rapidement été déçu par mon emplacement et je regrettais énormément de ne pas être retourné à Ingonish qui avait été ma découverte « 2008 » .

Ruisseau Brook

J’ai été déçu par mon emplacement, car je me suis retrouvé dans un secteur où les sites étaient « jumelés ». C’est-à-dire que la même entrée servait à 2 sites, donc nos 2 véhicules étaient côte à côte, sauf que moi j’avais le site à droite (depuis la route) et la petite famille avait celui de gauche. Il semble également qu’il n’est pas plus apprécié que moi, vu la distance auquel, ils ont reculé leur véhicule. À l’accueil, on m’avait donné le choix d’être dans un secteur plus isolé, ou être permis le monde. Je préférais ne pas être seul dans mon coin, j’avais donc choisi la seconde option, mais jamais je n’aurais pensé devoir partager une entrée… je n’avais jamais vu cela auparavant! Mais, bon j’aurais eu de la compagnie que le premier soir, puisque le lendemain pratiquement tout le secteur c’est vidé … lire la suite.

 



Parc provincial Porters Lake

Lors de mon voyage en Nouvelle-Écosse en 2009, mon 3e arrêt pour dormir, c’est fait au camping du parc provincial Porters Lake. Le parc se trouve en bordure du lac du même nom et à une demi-heure à l’ouest de la ville de Halifax. Je l’ai choisi pour cette raison et parce qu’il se trouve près de la plage Lawrencetown, une plage de surfeur. De plus lorsque je peux choisir un parc au détriment d’un camping privé je le fais, car on ne se trompe jamais en optant pour un parc qu’il soit provincial ou national. Par contre, il faut oublier le service en français pour les parcs provinciaux de la Nouvelle-Écosse , c’est le 2e que je fais (j’en ai fait 3 au total jusqu’à présent) et aucun n’offre de service dans la langue de Molière. Par contre, un avantage, c’est que tous les parcs ont la même base de données, donc je n’ai eu qu’à donner mon numéro de téléphone, pour que la personne à l’office ait tous mes renseignements.

Seul chemin donnant accès à l'extrémité du parc Porters Lake

Le parc provincial Porters Lake est un petit parc faisant office presque exclusivement de camping et il est pour ainsi dire entouré entièrement du lac Porters. Le parc est divisé en 2 parties et une mince étendue de terre relie ces 2 sections. La section là plus à l’intérieur n’offre que des toilettes sèches comme service. La section principale offre par contre un bâtiment avec toilettes et douches gratuites. Sur les 76 sites que le parc offre, seulement 10 ont comme service l’eau et l’électricité. Pour ma part, je me trouvais dans la boucle principale qui se trouve plus en altitude que la seconde. … lire la suite.

 

Une vue de la côte depuis Green Cove

Lors de ma 5e journée (16 juillet) de ce voyage en Nouvelle-Écosse, je me suis levé vers 7 heures, et oui je suis plus matinal en camping que chez moi, et après avoir déjeuné, je suis parti à 8 h 30 avec un petit détour au dépanneur pour acheter de la glace. Avec une chaleur qui se maintient au-dessus des 30°C  le jour, la glace fond très vite. Après l’arrêt au dépanneur, je me suis dirigé vers Neils Harbour en prenant soin de m’arrêter à toutes les haltes. En passant, vous retrouver à Neils Harbour le seul poste d’essence entre Chéticamp et Ingonish, donc veut mieux prévenir avant de s’aventurer dans le parc.

Un petit chemin de bois à Green Cove

Les haltes en bord de mer offrent rapidement une vue sur la côte. Que ce soit Green Cove ou Cape Ladies, cela veut la peine d’y prendre un petit 5 minutes pour y jeter un oeil. Les trottoirs de bois n’y sont jamais très longs et ils offrent un paysage fort différent de celui sur la côte ouest du parc (Chéticamp). Pour aller à Neils Harbour, il faut quitter la Cabot Trail pour la route New Haven. Le village est très petit et on y voit un beau petit phare … lire la suite.

 

En arrivant au camping du parc provincial de Five Islands, la personne à l’accueil m’a remis le guide des parcs provinciaux de Nouvelle-Écosse et elle m’a indiqué les sites dont je pouvais choisir. Après être allé voir les emplacements disponibles, mon choix a été le site 48. Une fois mon choix effectué, je suis retourné à l’accueil pour m’y enregistrer. Tant bien que mal, j’ai fini par réussir à m’inscrire, vu mes difficultés à tout comprendre puisqu’elle ne parlait qu’en anglais. Ce n’était pas la première fois que je devais m’enregistrer en anglais, mais celle-ci a été plutôt difficile. Elle m’a demandé la marque de mon véhicule, mais je ne sais pas si c’est moi qui le prononçais mal, mais elle n’a jamais compris que j’avais une Subaru. Elle a alors choisi de regarder par la fenêtre et elle a reconnu la voiture, du moins c’est ce que je pensais. Oui ce que je pensais, car quelques jours plus tard, j’ai regardé ma facture et elle avait écrit KIA. Aie! Cela fait mal! Une KIA, oui, oui une KIA. Il me semble qu’une Subaru cela ne ressemble pas à une KIA… non? Bref, j’ai eu mon emplacement et j’ai pu y monter ma tente.

Les emplacements étant très grands, ce n’est pas l’espace qui manquait pour monter ma petite tente. Et comme les emplacements de cette section sont en étages, les sites sont relativement plats, ce qui est parfait pour une tente. Comme il était 18 heures passées, c’est l’heure de manger. Commence à préparer mon repas et je vais pour aller me chercher de l’eau au robinet le plus près. Pas d’eau, que de l’air qui sort. Va voir le robinet suivant, même chose. C’est peut-être un problème temporaire, retourne à l’auto de toute façon j’ai de l’eau avec moi. Je prendrais celle-ci pour manger, l’eau reviendra probablement plus tard.

Une fois le souper et la vaisselle faits, il fallait bien que je visite un peu le camping … lire la suite.

C’est fou, mais le temps passe très vite, voir trop vite. Il me semble qu’il n’y a pas si longtemps les vacances étaient loin très loin et voilà que dans 3 semaines, je serai en vacances. 3 semaines, c’est si peu!!! Et tout est encore flou dans ma tête! Il n’y a qu’une certitude, ma 2e semaine de vacances est réservée depuis le 5 juin. Lorsque je disais que j’avais dépensé dans ce message: « Quelques nouvelles de moi, ma Suby, mes projets…« . Et bien la dernière chose pour laquelle j’ai dépensé, c’était pour la réservation du camping à Old Orchard Beach. Il m’a fallu de peu pour que je n’ai pas d’emplacement, mais mon nom de famille a aidé… pour une fois! C’est que mes parents et ma famille en général nous y allons depuis de nombreuses années, donc ils nous connaissent assez bien. Au départ tout semblait complet et à la dernière minute cela a changé lorsque  ma soeur a dit que j’étais avec les autres. Merci, p’tite soeur pour l’appelle. Donc, contrairement à l’an dernier où j’avais dû changer de terrain lors de mon séjour, cette fois-ci, je pourrais y passer mes 7 nuits au même endroit. Étrange tout de même d’avoir cela, mais c’est tant mieux!

Old Orchard Beach, certains aiment d’autres détestent. Moi, je fais parti de la première catégorie, vu que j’y vais depuis toujours ou presque. Ma première fois remonte à 1981, j’avais alors un an. Et dans les années ’80 et ’90, j’y suis allé très souvent. Depuis 2000 pour ne pas dire 1993, la seule fois que je n’y ai pas mi les pieds, c’est en 2006. J’avais choisi cette année là, de visiter l’ouest Canadien. Cela fait plus de 20 fois que j’y vais et je ne m’y tanne pas. Pour moi, Old Orchard Beach représente les vacances. On pense à rien, on prend du soleil… bref les vacances! L’eau n’y dépasse rarement les 20 degré, mais lorsque les vagues sont présentes, on oublie ce froid. On prend sa planche de « body surf » et on se jette à l’eau. Simple et amusant! Et comme cette année sera la première fois à Old Orchard Beach pour mon filleul qui aura près de 11 mois, il n’était pas question de rater ça! Mon oncle a hâte de jouer dans le sable avec son neveu.

J’ai déjà été un peu plus au sud, à Salisbury, mais on n’avait pas aimé ça. Salisbury est situé un petit peu loin qu’Hampton Beach. Old Orchard Beach est encore plus touristique que ces derniers, mais à mon avis la plage est plus belle et surtout plus grande. Et de plus c’est plus près de la maison, seulement 400 km à parcourir. Le point vert de l’image ci-dessous est où je demeure et le point rouge, c’est la destination.

Seulement 400 km, mais j’ai une semaine pour m’y rendre … lire la suite.

Mise à jour
1 556 lectures & Aucun commentaire

Aujourd’hui j’ai continué à trier les photos du voyage de 2005 à l’Île-du-Prince-Édouard tout en racontant la 4e journée de 5 de ce petit voyage. Vu le grand nombre de photos prises à Hopewell Rocks, je les ai divisées en plusieurs pages. La conclusion de ce voyage devrait avoir lieu la semaine prochaine…

Objectif: Traverser le pont de la Confédération – Partie 1
Objectif: Traverser le pont de la Confédération – Partie 2

Photos à Hopewell Rocks: L’arche des amoureux
Photos à Hopewell Rocks: Rocher E.T.
Photos à Hopewell Rocks: Une tête de canard?
Photos à Hopewell Rocks: Une lune?
Photo à Hopewell Rocks: Une tête d’homme frustré
Photo à Hopewell Rocks: La pomme
Photos à Hopewell Rocks: Plage des Demoiselles
Photos à Hopewell Rocks: Les falaises
Photos à Hopewell Rocks: À marée haute
Photos à Hopewell Rocks: Les inclassables

Le restant des photos prises en Colombie-Britannique et en Alberta ont été ajoutées aujourd’hui.

Mont Robson
Une zone aride en Colombie-Britannique
Whistler
Camping Riverside à Whistler
Chutes de Shannon Falls à Squamish

Photos de traversiers
Camping Brannen Lake Campsite à Nanaimo
Parc national du Canada Pacific Rim et de la plage Long Beach
Tofino
Camping Victoria West KOA à Malahat
Camping Wild Rose à Hope

Camping Mont-Tunnel Village I
Camping Mont-Protection

Les photos prisent du 30 juillet au 1 août 2007 au parc National de Kouchibouguac au Nouveau-Brunswick viennent d’être ajouter. Durant mon séjour, je n’ai pas pris énormément de photos préférant me relaxer sur la belle plage Kellys et profiter de ses eaux chaudes. Le parc est reconnu pour avoir les eaux, les plus chaudes au nord de la Virginie. Lors de mon passage la température de l’eau était de 24 degré Celsius. L’eau y est chaude, mais se n’est pas très profond. Et il faut se rendre loin avant dans avoir au-dessus des épaules. Autre désagrément, c’est la présence de méduses à se temps là de l’année vu les conditions idéales qui s’y trouve (faible profondeur, eaux chaudes).

En plus de profiter de la plage, j’ai profité des pistes cyclables que le parc offre. De belles pistes bien entretenues, un vrai régale. En tout, c’est 60 km de sentier que le parc de Kouchibouguac a à offrir.

Voici un aperçu des photos prisent:

La rivière KouchibouguacMon site sur la camping South KouchibouguacAmphithéâtre extérieurSecteur de la plage KellysLe quai permettant de se rendre à la plage KellysLa piste cyclable du parc National de KouchibouguacParc National KouchibouguacLa plage KellysLa plage KellysSecteur de la plage KellysLe sentier du Marais SaléUn Wigwam

Plus d’image de parc National de Kouchibouguac ici

 

Les photos du 28 juillet 2007 au parc national de Forillon en Gaspésie viennent d’être ajouter. J’ai pris beaucoup moins de photos cette journée là, car mes piles m’ont laissé tombé après 7 km de marches. Et j’ai également eu la mauvaise surprise rendu au phare de Cap-Gaspé, d’apprendre que mes batteries de rechanges ne sont plus bonnes. (J’ai une pile qui ne garde plus sa charge.) Et comble de malheurs, il y avait à ce moment un phoque pas tellement loin de la falaise. Heureusement, j’ai pu en voir un autre un peu plus tard sur la plage de Petit-Gaspé où j’ai été me reposer après ma marche.

Pour cette journée, j’ai fait le sentier qui relie Grande-Grave à Anse-aux-Amérindiens. Et de ce dernier jusqu’à Cap-Gaspé. Ensuite, j’ai été à la plage de Petit-Gaspé pour me reposer un peu et c’est là que j’ai vu de nouveau un phoque.

Le temps est plus gris, car à partir de 16 heures, j’ai eu droit à de la pluie pour le reste de la journée… et le lendemain matin pour mon départ. C’est pas ce qui a de plus le fun en tente.

La prochaine série d’image sera des photos prisent du Rocher Percé et de Carleton, le 29 juillet.

Cap-GaspéLe phare de Cap-GaspéPhoto prise depuis le sentier qui relie Grande-Grave à Anse-Aux-AmérindiensGrande-GraveUne église sur le site du camping Petit-GaspéUne vue du camping depuis mon siteMon site sur le camping Petit-GaspéMon emplacement sur le camping Petit-GaspéLe vue depuis la plage de Petit-GaspéQuelques rochers à l'ouest de la plage de Petit-GaspéUne tête de phoqueLa plage de Petit-Gaspé

Plus d’image de la Gaspésie ici

 

Cette journée aura été assez calme, la fatigue se faisant un peu sentir, les visites auront été moins longues. Et la météo pour la première fois du voyage aura été moins belle. Jusqu’ici, j’aurais eu droit à de beaux ciels bleus, mais pour cette dernière journée complète à Jasper, le ciel aura été plus gris avec une averse en fin d’après-midi (et dans la nuit). Mais, j’ai tout de même été voir quelques endroits, mais la motivation était un peu moins là et cela a probablement influencé mon opinion des endroits visités.

Premier arrêt de la journée, le canyon Maligne. C’est une étroite gorge de 50 mètres de profondeur. L’endroit est facile d’accès et il n’est pas nécessairement très long à voir. Après une vingtaine de minutes, on a pas mal fait le tour.

Deuxième arrêt de la journée, le lac Maligne. Le lac a une longueur de 22 km, mais vu sa forme, on ne peut le voir au premier coup d’oeil. Il est possible de faire une croisière sur le lac, mais je me suis contenté de le voir depuis la rive. Et des sentiers, ce n’est pas ça qui manque au lac Maligne. Je ne peux dire le nombre de kilomètres, mais ils doivent se rendre jusqu’à l’autre bout du lac. Par contre, contrairement au sentier que l’on voit au lac Louise, ceux-ci sont moins praticables. Les sentiers sont dans le bois et suivre le relief du sol, des racines d’arbres… c’est vraiment marcher dans le bois. J’ai marché un peu, mais je n’aimais pas trop ça. On n’est pas supposé marché seul et étant seul, je n’avais pas le choix si je voulais voir. Mais, contrairement au lac Louise ou au lac Moraine, il n’y a pas beaucoup de monde et on se trouve à être seul, sans réellement personne devant soit ou derrière. La crainte de voir un ours et l’épuisement se faisant sentir, je dois avoir marché 20-30 minutes avant de revenir sur mes pas. Mais, j’ai tout de même eu la chance de voir un petit chevreuil passer à un mètre de moi sur le sentier que j’avais emprunté. Ce lac en vaut probablement la peine et avoir été deux, j’en aurais probablement profité plus.

De retour vers Jasper, j’ai fait un arrêt au lac Medecine pour y prendre des photos. Le décor s’y prête très bien pour ceci. Le lac avec quelques tables de pique-niques se trouve tout juste au bord de la route. Le lac Medecine alimente l’un des plus importants réseaux fluviaux souterrains de l’Amérique du Nord (Guide des Montagnes).

Une fois près de Jasper, j’ai été voir les lacs Annette et Edith. Ce sont deux petits lacs bordés de plages sablonneuses où il est possible de se baigner. Un petit sentier pavé permet de faire le tour du lac Annette. Il en prend près d’une demi-heure pour en faire son tour. Tout comme les autres lacs de la région, l’eau y est turquoise. Depuis le lac Annette, on y a une bonne vue sur le mont Pyramid. Son nom provient de sa forme et la montagne atteint les 2766 mètres d’altitude.

… lire la suite.