Pour la 3e journée de voyage, j’avais planifié d’aller voir les rochers d’Hopewell Rocks. Sans vraiment le savoir, j’en avais vu un aperçu au loin, puisse que du bout du terrain de camping, j’en voyais un petite partie. Mais, avant d’y aller je devais changer d’emplacement sur le terrain de camping. La première nuit, j’avais pu avoir l’électricité, mais pour la seconde je devais changer de terrain, car ce dernier était réservé. La première nuit, c’était faite près du bâtiment où l’on trouve les toilettes et les douches, la seconde allait se faire plus près de la baie de Fundy, mais loin de tout service. J’aurais pu m’installer près de celle-ci, mais j’ai choisi un emplacement entre les 2, car cela faisait loin pour avoir accès au service du terrain de camping.

Avant de changer de terrain, j’ai un peu « parlé » avec mon voisin de terrain. Parler, c’est un gros mot, car les temps morts étaient plus présent que les mots dits. Lui parlant anglais et moi ayant des connaissances très limités, les « phrases » étaient longue à sortir. Mais, c’était drôle de nous voir essayer de trouver les mots pour se comprendre. Ce que l’on réussissait à faire après un certain temps. Un beau moment, malgré tout. La Rex (c’est ainsi que les anglophones appelle la Subaru Impreza), c’était également fait remarqué…

Une fois le changement d’emplacement effectué, je suis parti voir les rochers d’Hopewell Rocks. Avant de partir pour se voyage, j’avais fait imprimer l’horaire des marées pour pouvoir bénéficier d’une marée basse le plus longtemps possible et avec le maximum de temps pour tout voir. Le coût d’accès au site était de 8 $ par adulte. L’accès permet d’avoir accès au site pendant 24 heures. Il est donc possible d’y retourner le lendemain où à différent moment de la journée pour voir la marée haute et basse. Sauf qu’après 20 heures, les barrières du stationnement ferme.

Une fois l’entrée payer, un petit sentier pédestre nous amène jusqu’à un escalier pour descendre sur la plage lors de la marée basse. Il faut compter entre 15 et 20 minutes pour s’y rendre. De là, on a une première vue sur les rochers en forme de pots de fleurs qui ont été sculptés par le temps tantôt par la fonte des glace, tantôt par la force des marées sans oublier le vent. Comme je suis arrivé assez tôt (10:15), la marée n’était pas encore tout à fait à son plus bas. Certaines sections du parc n’étant pas encore accessible. Mais, il aura suffit d’attendre un peu et de voir d’autres endroits pour finir par y avoir accès. La première chose qui frappe c’est la couleur des roches, du sable et de l’eau, tout est rougeâtre.

Ayant acheté mon appareil photo numérique 2 semaines plus tôt, la présence de ses hautes falaises atteignant près de 30 mètres à certains endroits et tous ces « jolis » rochers sculptés avec « soin » par la nature, m’aura fait prendre des photos à la tonne. Rapidement, je me suis aperçu que ma carte SD de 512 Mo allait manqué d’espace. J’ai donc volontairement réduit la taille des photos pour préserver un peu d’espace, vu que c’est la seule carte mémoire que j’avais. Et je ne voulais pas supprimer de photos déjà prisent, car qui sait celle qui sont meilleur que d’autre sur un si petit écran.

Le bord de la plage d’un bout à l’autre, je dois l’avoir fait 2 ou 2 1/2 fois. Je l’ai fait une 2e fois, car lorsqu’on arrive, on nous remet une carte où l’on voit l’emplacement de certains rochers qui ont reçu un nom et je n’avais pas pris le temps de regarder se papier avant de me lancer sur cette plage. Voulant les voir et voir si je réussirais à voir ces images, je me suis de nouveau lancer à la recherche des ses rochers. Certains sont facilement identifiable comme l’arche des amoureux, la pomme et même l’anse au chateau. Un que j’ai aimé, c’est le rocher E.T., il m’a fallu un moment pour le voir, mais c’est vrai qu’on dirait une tête d’extraterrestre. Par contre, je n’ai jamais vu pourquoi un rocher se nommait la belle-mère et un autre l’ours. Il en a même un qui n’avait pas de nom, où moi je lui en donnais un, la lune. Ce rocher posté en hauteur, avait la forme d’un « quart » de lune de dessin animé avec le nez…

La section la plus à l’est donne une vue sur la plage des Demoiselles. C’est une plage, mais cela ne signifie pas qu’on peut y marché. L’endroit y est interdite d’accès au risque d’y rester. En passant, il est également interdit de se baigner sur ces plages de la baie de Fundy. La force des marées rend l’endroit dangereux. La plage de sable rougeâtre fait partie d’un système écologique.

Étant au Nouveau-Brunswick, toute l’information est accessible dans les 2 langues (français et anglais). Et ne vous surprenez pas à attendre parler français, les québécois y sont assez nombreux.

Après plusieurs heure là-bas, j’ai quitté de nouveau pour le terrain de camping pour aller souper. Sachant que la marée monte et descend au 6 heures (environ) et que le stationnement d’Hopewell Rocks ferme à 20 heures, je me suis dépêché à souper pour y retourner prendre quelques photos à marée haute. Lorsque je suis retourné, au début le gardien ne voulait pas me laisser passer. Il a fini par comprendre que je parlais français et on s’est compris. J’ai finalement pu passer en lui disant que j’allais faire vite et que je serais sorti avant l’heure de fermeture. J’ai couru dans le sentier et pris quelques photos à marée haute. Ce n’était pas tout à fait la marée haute, mais je ne pouvais attendre plus, mais au moins j’avais une idée de ce que c’était. L’endroit où j’avais marché était à présent recouvert d’eau. J’ai ensuite retourné rapidement à mon véhicule et j’ai quitté l’endroit comme prévu avant la fermeture des barrières.

Ayant rempli ma carte mémoire de mon appareil photo numérique et que le but premier de ce voyage était le voir le pont de la Confédération, je me trouvais dans un impasse. Sachant qu’avant d’atteindre le pont, j’allais passé à Moncton, je me suis mi à la recherche de magasins d’électronique dans le bottin téléphonique. J’ai alors trouvé un Staples Business Depot (Bureau en Gros) et un Futurshop. Avec ceux-ci, je devrais avoir ce que je veux… surtout que cela est pratiquement sur ma route.


Le Camping
– Nom: Ponderosa Pines Campground
– Adresse: 1435 route 114

Hopewell Cape (Nouveau-Brunswick)
– Site web: www.ponderosapines.ca
– Prix (tente): 55,20 $ (pour 2 nuits, avec/sans électricité)
– Électricité disponible: Oui

– Taille du terrain camping: Grand
– Douche gratuite? Oui
– Propreté: Propreté général du camping bien. Celle des bâtiments à revoir
– Ma cote (pour un bref passage): 7 sur 10
– Autres: Première nuit, j’avais l’électricité et j’ai dû changer d’emplacement pour la seconde. La « cabane » des toilettes lors de mon passage était « envahi » de mouches. Dans le secteur des tentes, il n’y a que de « toilettes » sans chasse d’eau. Le camping offre en partie une vue sur les rochers d’Hopewell Rocks.

Images en vrac

Camping Ponderosa Pines Campground à Hopewell CapeHopewell RocksHopewell RocksHopewell RocksL'arche de l'amour à Hopewell RocksHopewell RocksHopewell RocksHopewell Rocks lorsque la marée monte
 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un message