Dès qu’on arrive sur le sol de l’Île-du-Prince-Édouard la première chose qui nous frappe, c’est le village construit de toute pièce pour le pont, Gateway Village. Et c’est là que je me suis dit, cela va coûté cher ici. On y trouve une rue complète de boutiques de souvenirs… bref c’est un village pour les touristes. Les stationnements de ce village sont rapide remplis et on se trouve donc à stationner notre véhicule sur la pelouse. Une chose intéressante de ce côté est la présence d’une petite section du pont qui nous montre la construction de celui-ci. Tout au tour de celui-ci, et l’où on marche, il a des briques avec des noms. Ce sont les noms de chacune des personnes qui ont travaillé sur la construction de ce celui-ci. Ces 2 079 ouvriers et 415 cadres que la construction a nécessitée et plus de 3 000 autres emplois indirects.

Une fois un petit tour dans les boutiques effectuées, je me suis mi à la recherche d’un site pour avoir une meilleure vue sur le pont de la Confédération. Un peu plus un sud du pont, j’avais une meilleure vue que depuis Gateway Village, mais ce n’était pas aussi bon que depuis le Nouveau-Brunswick. La courbe n’était pas du bon côté. Il aurait fallu que j’aille voir au nord du pont, mais il ne semblait pas avoir d’endroit intéressant, à ma première vue.

J’ai repris la route avec comme objectif d’aller dormir à St-Peters, à l’ouest de l’île en passant par Charlottetown, la capitale de la province. Tout a bien été jusque là et j’ai été surpris de voir un paquebot au plein centre de la terre dans ce que je croyais être qu’une simple rivière. Cela est plus ou moins vrai, car la rivière Hillsborough va se jeter dans la baie du même nom du Détroit de Northumberland. Par la suitre, les choses se sont gâchées. Je voulais simplement traverser la région des Collines et ports pour me rendre à celle des Baies et Dunes où St-Peter’s se trouve voilà que je me suis retrouvé à Wood Islands, au sud-ouest complètement de l’île.

Sans le vouloir, je m’étais retrouvé à l’endroit où le traversier qui relie l’île à la Nouvelle-Écosse arrive. C’est tout près du phare de Wood Islands que j’ai retrouvé mon chemin. Les phares aident peut-être les navires à naviguer, mais dans mon cas il m’aura aidé à trouver mon chemin. Depuis, c’est à cette endroit que j’ai pris mes plus belles photos de ma voiture sur le bord d’une falaise.

J’ai trouvé la signalisation très difficile sur l’île, car je ne pouvais me fié sur une destination précise devant y aller village par village. Oui, village par village, car la plus grosse ville de l’Île est la capitale est celle-ci ne compte qu’une trentaine de mille d’habitants, soit encore moins que ma petite ville, Victoriaville (40 000 h.). Et chaque route, pour ne pas dire rang est numéroté, se qui a compliqué ma vie. Carte en main, arrêts fréquents, j’ai tout de même fini par arriver à destination sans quelques détours, dont une fois où j’ai passé 3 fois devant la même belle et grosse demeure.

Le camping St-Peter’s Park est le seul du voyage où je n’ai pu m’enregistrer en français. Mais, cela n’était qu’un détail. Ce qui me restera en mémoire de ce camping est la protection de l’environnement et un couple de québécois. Pour l’environnement, c’est que c’était la première fois où je voyais sur un terrain camping autant de « poubelle » pour le recyclage, tout était trier et cela devenait presque gênant de jeter quelque chose de non recyclable. Les campings du Québec auraient intérêts à faire de même… Cela m’était par contre facile, vu qu’on a l’habitude de recycler à Victoriaville, la ville étant un leader dans le domaine.

Pour le couple de québécois et bien ils ont été très gentil avec moi et mon peut-être pris en pitié, vu que je faisais ce voyage seul. Je ne devais pas passer la veillé à leur feu de camp, finalement à force de parler le temps à passé et ce que l’on a su c’est que c’était l’heure d’aller se coucher. Tout comme moi, c’était des passionnés… N’ayant pas fait le même trajet, on se suggérait des destinations. Et c’était bien de parler français à 1 300 km de la maison. Merci à vous 2!


Le Camping
– Nom: St. Peter’s Park
– Adresse: 5930 route 2
St. Peters Bay (Île-du-Prince-Édouard)
– Site web: www.stpeterspark.com
– Prix (tente): 19 $ (sans électricité)(taxe incluse)
– Électricité disponible: Oui
– Taille du terrain camping: Moyen-grand
– Douche gratuite? Oui, il me semble
– Propreté: Propre et bien entretenu
– Ma cote (pour un bref passage): 8 sur 10
– Autres: Le recyclage est très important sur ce terrain de camping. Le camping est drôlement divisé. À l’exception de quelques rues en arrivant, on dirait presque un champ avec les bâtiments de services au centre et les tentes au limite du terrain.

Image en vrac

Gateway VillageAperçu de la structure du pont de la ConfédérationPont de la ConfédérationPort du traversierUn phare à Wood IslandsMa voiture à Wood IslandsUn champ de pomme de terreCamping à St-Peter's
 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un message