Le parc national du Canada Pacific Rim est situé sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique. Le parc compte une magnifique plage longue de 16 km qui donne sur l’océan Pacifique. Cette plage à pour nom: Long Beach. Il y est possible d’y faire du surf. À l’entrée du parc, il a un panneau indicateur qui donne la force des vagues. Les vagues étaient qualifiés de hautes lors de mon passage, mais elle ne me semblait pas si forte… peut-être à cause que la marée était basse. À l’entrée de la plage de Long Beach, il a un vieil article de journaux qui nous rappelle que la mer peut être dangereuse et mortelle. En plus de la plage, le parc est également composé d’une une centaine d’îles accessibles uniquement par bateau et un bande de terre. La superficie du parc est de 285,8 km2.

Les terrains de camping du parc n’offrent pratiquement pas de service, mais même malgré ça, durant les mois de juillet et d’août, il affiche complet. Donc, si vous ne voulez pas faire comme moi et l’apprendre une fois rendu sur place, réserver d’avance si vous projetez d’aller y dormir. Cela évitera la déception, de ne pas dormir dans un endroit si enchanteur.

Photos prisent le 24 juillet 2006:

… lire la suite.




Tofino est une petite ville touristique située sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique qui compte moins de 2000 habitants. Le ville est situé à la toute fin de la route 4, soit après le parc national du Canada Pacific RIM. La ville compte de belles plages où il est possible d’y faire du surf. On peut également y faire des excursions pour aller voir les baleines ou y faire de la plongée sous-marine.

J’espérais y passer la nuit, dormir sur le bord de l’océan Pacifique, mais malheureusement pour moi, tous les terrains de camping des environs affichaient complets. Donc, si vous comptez aller dormir là-bas, au mois de juillet et août, un conseil réservé d’avance, cela évitera la déception que j’ai eu.

Photos prisent le 24 juillet 2006

… lire la suite.

La route entre Hope et Vancouver se fait très bien. C’est que 140 km qui sépare les 2 villes. Une fois rendu à Vancouver, je me dirige vers Grouse Mountain pour aller voir la ville dans haut. Avec l’aide de mon GPS et les indications clairs, je m’y rend sans problème. Après avoir payer pour le stationnement, je vais à l’admission pour enfin voir la magnifique ville de Vancouver. C’est pas donné (31,75 $ + taxe), mais depuis le temps que je veux voir Vancouver, cela en veut le détour. Une fois l’admission régler au faut patienter. Il n’y a que 2 téléphériques relie le bas de la montagne au haut de la montagne. Le départ se font à tous les demi-heure. Le téléphérique atteint une altitude de 1128 mètres. En marchant, j’ai atteint le sommet le plus rapproché à 1250 m d’altitude, dans l’espoir de mieux voir la ville. Malheureusement pour moi, malgré le beau ciel bleu, complètement dégagé, la vue de la ville était difficile. Il y avait toujours ce petit voile blanc qui recouvrait Vancouver. Comme c’est souvent le cas (et à ce qu’on me dit, même en hiver), il y avait du brouillard au dessus de la ville. Donc, bien que le vue était très bonne sur la ville, rien n’était clair sur la ville. Déçu certes, mais au moins j’aurais enfin vu Vancouver.

Après être descendu de la montagne, temps limité dû au parcomètre, je me dirige vers le Stanley Park, le parc des Vancouvérois comme il dise. Très beau parc situé sur une île situé entre Vancouver et West Vancouver. De là, la vue y est très magnifique et ce pour un maigre 2 $ de l’heure pour le stationnement. Seul hic, c’est que les places de stationnements sont très rare. Mais, la petite pause pour manger est apprécié.

Une fois la pause terminé, j’indique au GPS que je veux voir la Place du Canada, ensuite le General Motors Place (le domicile des Canucks – LNH) et que je veux me rendre au traversier. Le GPS me donne la route et tout va bien. Mais, il ne m’indique pas à chaque fois que je suis rendu à l’arrêt. Je passe donc tous les arrêts intermédiaires pour me rendre au traversier. Il m’a joué un vilain tour, mais bon ce n’est pas si grave. Le chemin qu’il me fait emprunter, gâche un peu la beauté de Vancouver. La route est rempli de câble électriques qui surcharge le « ciel ». C’est vraiment horrible. Mais, c’est câble sont utile, car ils servent pour un autobus électrique. Utile, mais horrible.

Rendu au traversier de Tsawwassen … lire la suite.

Le camping Victoria West KOA est situé à Malahat sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique. Le camping est de taille moyenne avec environ 90 sites. C’est un beau camping très propre et boisé, mais assez cher. Le coût d’une nuit avec électricité est de 35 $ (37,10$ taxe incluse) en 2006. De tous les campings fait durant mon voyage, c’est celui où l’enregistrement y a été la plus compliqué et la plus longue. Une particularité c’est que les douches et les toilettes se trouvent dans une même petite cabane. C’est très bien lorsqu’on prend une douche, car c’est comme avoir une chambre de bain, mais lorsque quelqu’un y est déjà impossible d’aller au toilette.

Photos prisent le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

Victoria est la capitale de la province Colombie-Britannique au Canada. La ville est situé sur l’Île de Vancouver et l’île est séparé du continent par le détroit de Juan de Fuca. Il faut 1h30 pour rejoindre l’île via le traversier qui relie Tsawwassen et Swartz Bay. Victoria compte un peu plus de 78 000 habitants. La ville est reconnue à travers le monde pour la beauté de ses jardins.

Désirant, me rendre le plus loin possible sur l’île pour avoir une journée moins chargé le lendemain, j’ai fait que passé à Victoria. Mais, cela demeure pas moins que c’est une belle ville qui vaut le détour.

Photo prise le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

Le traversier qui relie Tsawwassen et Swartz Bay permet de rejoindre Vancouver à Victoria en 1h35 (de bateau). C’est 24 miles nautiques que le traversier parcourt dans le détroit de Georgia. Le traversier passe près de plusieurs îles avant de rejoindre l’Île de Vancouver, où la capitale de la Colombie-Britannique s’y retrouve, Victoria. Permis les quelques îles que l’on voit durant le séjour abord du traversier, il y a les îles: Galiano, Mayne, Prevost, Pender, Saltsprings, Portland et Piers. Près de la moitié de la traverse se fait à travers ces îles, dont on se sent moins éloigner de la terre que lors de la traverse Departure Bay à Horseshoe Bay.

British Columbia Ferry Services Inc. ou BC Ferries est la société qui s’occupe des traversiers. Elle exploite 36 navires pour une capacité de capacité de 27 000 passagers pour 25 itinéraires. L’itinéraire Tsawwassen à Swartz Bay est le plus important et c’est là également que les bateaux ayant les plus grandes capacité sont.

Lors de ma traversée, j’ai pris le Queen of Saanich. C’est l’un des 2 traversiers (l’autre étant le Queen of Vancouver) qui prend la relève des 2 principaux (Spirit of Vancouver Island et Spirit of Bristish Columbia) selon la demande.

  • Spirit of Vancouver Island: Construit en 1994, longueur: 167,57 m, capacité de 470 voitures et 2100 passagers
  • Spirit of Bristish Columbia: Construit en 1994, longueur: 167,57 m, capacité de 470 voitures et 2100 passagers
  • Queen of Saanich: Construit en 1963, longueur: 129,97 m, capacité de 360 voitures et 1708 passagers
  • Queen of Vancouver: Construit en 1962, longueur: 129,97 m, capacité de 338 voitures et 1708 passagers

Chacun offre tout le nécessaire pour passer un agréable trajet: cafétérias, boutiques souvenirs, arcade…

La traversée m’a coûté 52,25$ en 2006. (Coût pour une voiture de dimension normal et un adulte.)

Photos prisent le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

Vancouver est la 3e ville en importance au Canada avec près de 600 000 habitants, mais le grand « Vancouver » compte plus de 2 millions d’habitants. La ville compte également le 3e plus important quartier chinois en Amérique du Nord (après San Francisco et New York). Vancouver a le plus important port sur la côte du Pacifique au Canada. La ville sera l’hôte des jeux Olympiques de 2010 avec Whistler. La ville se trouve dans un décor enchanteur, avec la présence de l’océan Pacifique (détroit de Georgia), d’un fleuve important (Fraser) et de montagnes de plus de 1 500 mètres d’altitude. Cette localisation, offre également un climat plus doux et une végétation importante à ce secteur de la Colombie-Britannique.

Cette ville m’aura fait rêvé pendant plus d’une quinzaine d’année avant d’enfin la traversée. J’y aurais fait un pause dans le parc des vancouvérois, le parc Stanley. Ce dernier est situé sur une une parcelle de terre qui est presqu’une île. (Qui est également le 3e parc urbain en importance en Amérique du Nord)

Photos prisent le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

Le Stanley Park, c’est le parc des vancouvérois. C’est le 3e parc urbain en Amérique du Nord et il est situé à Vancouver en Colombie-Britannique. Le parc se trouve sur une presqu’île de 400 hectares ((1 000 acres). Le parc est peuplé de cèdres et de sapins. En plus d’offrir une belle vue sur différents secteurs de Vancouver, le parc offre des plages, des pistes cyclables, des aires de jeux pour les enfants, un aquarium, des mâts totémiques… bref un bel espace de détente!

Photos prisent le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

Grouse Mountain est une montagne et un centre se ski en hiver dans les environs de Vancouver. C’est en fait l’une des 3 montagnes qui épie Vancouver (les 2 autres étant Seymour Mountain et Cypress Mountain). En été, la montagne permet d’aller admirer la ville de Vancouver de plus haut. Grouse Mountain dispose de 2 cabines qui relient le bas de la montagne à ses installations du sommet. La cabine nous amène à 1 128 mètres d’altitude. De là, il a plusieurs sentiers qui offrent différentes attractions. Par exemple, il a une démonstration de compétition sur bûches sur l’eau, un habitat de Grizzly, possibilité de tours d’hélicoptère… Il est également possible d’atteindre le sommet de la montagne et ses 1 250 mètres d’altitude à pied. Ce que j’ai fait et avec la chaleur, je dois dire que cela n’aura pas été de toute facilité. Après tout, où l’on monte à pied en été, l’hiver on y descend à ski.

Avoir la possibilité de voir la ville de Vancouver des « airs » est un incontournable, mais malheureusement comme c’est souvent le cas, le temps était brumeux au-dessus la ville de Vancouver, donc la visibilité y est réduite. Par temps, vraiment clair, cela doit être très beau.

Photos prisent le 23 juillet 2006:

… lire la suite.

La transcanadienne (route 1) passe par les parcs National de Yoho et le parc National des Glaciers. J’aurais aimé allé voir le lac Émauraude, mais comme je voulais être le plus près possible de Vancouver le lendemain, pour prendre le traversier, j’ai sauté cet arrêt. De plus, j’ai trouvé que la signalisation de ce coin n’aidait pas. Les indications sont données qu’une fois arrivé à destination, donc trop tard… Bien que l’on soit dans les rocheuses, la route y est plat. Le route passe dans le bas de la vallée. Contrairement au train qui passe dans des tunnels, la route contourne les montagnes. Les « tunnels » qu’on traverse, sont plus tôt des « abris » contre les éboulements. Il est donc toujours possible de voir dehors à sa gauche lorsqu’on se dirige vers l’ouest.

Deuxième déception de la journée, je n’ai pas trouvé le chemin pour aller voir le barrage hydro-électrique de Revelstoke. J’ai vu de nombreuses indications, mais j’en ai probablement manqué une et cela a été à oublier. Au lieu de revenir sur mes bas, j’ai préféré continué pour aller voir la région Okanagan.

J’emprunte alors la route 97 pour aller vers Penticton, ensuite la route 3A pour aller à Keremeos qui se veut la capitale des kiostes fruitiers. Remonte ensuite par la route 3 vers Princeton… Finalement, j’ai quitté la région Okanagan sans avoir rien vu de spécial. J’ai pas vu de vergers, pas vu de plantations, bref j’ai été extrêmement déçu et encore plus à mon retour. Sachant que ce détour m’a fait raté quelque chose de beau, le canyon Thompson (route 1 entre Savana et Lytton) et cette région plus aride. Je compare le détour que j’ai fait à ce que l’on voit dans les Appalaches en Estrie au Québec. C’est beau, mais rien d’extra. J’ai probablement pas emprunter le bon chemin pour voir cette région, car tout le monde dit que c’est beau… Et moi, j’ai trouvé le passage de Penticton à Princeton très long et ennuyant.

Pour ce qui est de la route entre lac Louise jusqu’à Kelowna cela descend le 3/4 du temps. La perte d’altitude entre celle-ci est de 1200 mètres. Dans les environs de Penticton, il a un très grosse côte qui monte pendant environ 20 km sans répit et qui nous fait gagner 1000 m d’altitude pour atteindre une auteur de 1700 m au-dessus du niveau de la mer. À partir de ce secteur, j’ai vu de nombreux véhicules en surchauffe. La qualité de la route est dans son ensemble très bien et à plusieurs endroits la route avec été refait à neuf lors de mon passage. … lire la suite.