Une vue de la côte depuis Green Cove

Lors de ma 5e journée (16 juillet) de ce voyage en Nouvelle-Écosse, je me suis levé vers 7 heures, et oui je suis plus matinal en camping que chez moi, et après avoir déjeuné, je suis parti à 8 h 30 avec un petit détour au dépanneur pour acheter de la glace. Avec une chaleur qui se maintient au-dessus des 30°C  le jour, la glace fond très vite. Après l’arrêt au dépanneur, je me suis dirigé vers Neils Harbour en prenant soin de m’arrêter à toutes les haltes. En passant, vous retrouver à Neils Harbour le seul poste d’essence entre Chéticamp et Ingonish, donc veut mieux prévenir avant de s’aventurer dans le parc.

Un petit chemin de bois à Green Cove

Les haltes en bord de mer offrent rapidement une vue sur la côte. Que ce soit Green Cove ou Cape Ladies, cela veut la peine d’y prendre un petit 5 minutes pour y jeter un oeil. Les trottoirs de bois n’y sont jamais très longs et ils offrent un paysage fort différent de celui sur la côte ouest du parc (Chéticamp). Pour aller à Neils Harbour, il faut quitter la Cabot Trail pour la route New Haven. Le village est très petit et on y voit un beau petit phare … lire la suite.

 



C’est fou, mais le temps passe très vite, voir trop vite. Il me semble qu’il n’y a pas si longtemps les vacances étaient loin très loin et voilà que dans 3 semaines, je serai en vacances. 3 semaines, c’est si peu!!! Et tout est encore flou dans ma tête! Il n’y a qu’une certitude, ma 2e semaine de vacances est réservée depuis le 5 juin. Lorsque je disais que j’avais dépensé dans ce message: « Quelques nouvelles de moi, ma Suby, mes projets…« . Et bien la dernière chose pour laquelle j’ai dépensé, c’était pour la réservation du camping à Old Orchard Beach. Il m’a fallu de peu pour que je n’ai pas d’emplacement, mais mon nom de famille a aidé… pour une fois! C’est que mes parents et ma famille en général nous y allons depuis de nombreuses années, donc ils nous connaissent assez bien. Au départ tout semblait complet et à la dernière minute cela a changé lorsque  ma soeur a dit que j’étais avec les autres. Merci, p’tite soeur pour l’appelle. Donc, contrairement à l’an dernier où j’avais dû changer de terrain lors de mon séjour, cette fois-ci, je pourrais y passer mes 7 nuits au même endroit. Étrange tout de même d’avoir cela, mais c’est tant mieux!

Old Orchard Beach, certains aiment d’autres détestent. Moi, je fais parti de la première catégorie, vu que j’y vais depuis toujours ou presque. Ma première fois remonte à 1981, j’avais alors un an. Et dans les années ’80 et ’90, j’y suis allé très souvent. Depuis 2000 pour ne pas dire 1993, la seule fois que je n’y ai pas mi les pieds, c’est en 2006. J’avais choisi cette année là, de visiter l’ouest Canadien. Cela fait plus de 20 fois que j’y vais et je ne m’y tanne pas. Pour moi, Old Orchard Beach représente les vacances. On pense à rien, on prend du soleil… bref les vacances! L’eau n’y dépasse rarement les 20 degré, mais lorsque les vagues sont présentes, on oublie ce froid. On prend sa planche de « body surf » et on se jette à l’eau. Simple et amusant! Et comme cette année sera la première fois à Old Orchard Beach pour mon filleul qui aura près de 11 mois, il n’était pas question de rater ça! Mon oncle a hâte de jouer dans le sable avec son neveu.

J’ai déjà été un peu plus au sud, à Salisbury, mais on n’avait pas aimé ça. Salisbury est situé un petit peu loin qu’Hampton Beach. Old Orchard Beach est encore plus touristique que ces derniers, mais à mon avis la plage est plus belle et surtout plus grande. Et de plus c’est plus près de la maison, seulement 400 km à parcourir. Le point vert de l’image ci-dessous est où je demeure et le point rouge, c’est la destination.

Seulement 400 km, mais j’ai une semaine pour m’y rendre … lire la suite.

Le West Edmonton Mall est un centre d’achat situé à Edmonton. Edmonton est la capitale de l’Alberta et la ville est situé plus au nord que la ville de Calgary. C’est la 2e ville la plus populeuse de la province après Calgary. Elle compte un peu plus de 730 000 habitants. Tout comme Calgary, l’économie de la ville va très bien grâce à l’industrie pétrolière. Grâce à cette industrie, l’Alberta est la province canadienne la plus riche.

Le West Edmonton Mall est le plus grand centre commercial et de divertissements au monde et c’est la principale attraction touristique de l’Alberta. Le centre contient plus de 800 magasins, plus de 100 endroits pour manger et 9 attractions majeurs (piscine à vagues, glissades d’eau, patinoire…. Bref, c’est immense et il en a pour tous les goûts.

Photos prisent le 29 juillet 2006:

… lire la suite.

Bien que l’île de Vancouver peut sembler petite, elle fait tout de même 460 km de longueur et sa largeur varie de 50 à 80 km. Et elle a quelques sommets de plus de 2000 m et qui sont enneigées. Comme la route y est relativement étroite par endroit, que la vitesse n’y est pas très élevé par moment, les déplacements y sont relativement assez long d’un endroit à un autre. Le temps passe plus vite que les kilomètres parcourus.

Mon objectif de cette journée était d’aller dormir à Tofino, de dormir sur le bord de l’océan Pacifique. Dans l’ensemble la route pour se rendre à Tofino, c’est bien fait à part quelques ennuis pour faire le plein d’essence. En parlant d’essence, il n’y a aucun poste d’essence entre Port Alberni et Tofino (le plus près serait à Ucluelet). C’est environ 85 km. Sinon, pour le reste du trajet fait sur l’île, il n’y a aucun problème de ce côté.

Rendu à Tofino, j’ai eu la mauvaise surprise d’apprendre que tous les terrains de camping étaient tous plein. Même les campings qui n’ont pas de douche dans le parc National du Pacific Rim étaient tous pleins. C’est 7-8 terrains de camping! Ce fût une grande déception pour moi, car c’est quelque chose que j’avais prévu de faire dès le début de ce voyage. J’aurais aimé y rester quelques nuits et profiter de la plage de l’île.

Je venais de faire près 6800 km … lire la suite.

Le parc national du Canada Pacific Rim est situé sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique. Le parc compte une magnifique plage longue de 16 km qui donne sur l’océan Pacifique. Cette plage à pour nom: Long Beach. Il y est possible d’y faire du surf. À l’entrée du parc, il a un panneau indicateur qui donne la force des vagues. Les vagues étaient qualifiés de hautes lors de mon passage, mais elle ne me semblait pas si forte… peut-être à cause que la marée était basse. À l’entrée de la plage de Long Beach, il a un vieil article de journaux qui nous rappelle que la mer peut être dangereuse et mortelle. En plus de la plage, le parc est également composé d’une une centaine d’îles accessibles uniquement par bateau et un bande de terre. La superficie du parc est de 285,8 km2.

Les terrains de camping du parc n’offrent pratiquement pas de service, mais même malgré ça, durant les mois de juillet et d’août, il affiche complet. Donc, si vous ne voulez pas faire comme moi et l’apprendre une fois rendu sur place, réserver d’avance si vous projetez d’aller y dormir. Cela évitera la déception, de ne pas dormir dans un endroit si enchanteur.

Photos prisent le 24 juillet 2006:

… lire la suite.

L’autoroute est en voie double sur pratiquement toute sa longueur au Manitoba. Mais, ce n’est pas toujours le cas en Saskachewan. Par contre, de nombreuses sections d’autoroute sont en construction pour en faire une véritable autoroute. Lorsque la voie est double la limite de vitesse y est de 110 km/h, tandis qu’en voie simple la limite de vitesse descend à 100 km/h. La route passe également par quelques villages. La vue est typique des Prairies. Tout est vallonné et pour voir les « véritables prairies« , il faut quitter la transcanadienne. C’est là qu’on voit que des champs, il en a à perte de vue en Saskachewan. C’est véritablement joli et parfois presque surréaliste. Avec le vent, les champs semble se transformer en mer, vu l’effet de « vagues ». Bizarre comme effet, mais joli.

Mais, quitter la transcanadienne, c’est quitter la route principale. C’est se retrouver isolé. Car, les villages sont très éloigné les un des autres et par le fait même les postes à essences sont pratiquement absent. Et compter pas trouver de l’essence super (91 octane) dans ces petits villages. Parfois, pour réduire la distance entre les routes perpendiculaires, il sera préférable d’emprunter ces chemins de graviers, sans jamais quitter les yeux sur l’aiguille du réservoir d’essence.

C’est beau certes, mais j’ai été déçu de mon détour à St-Victor, car il a absolument rien à voir. Le paysage est différent, mais pour le temps perdu, cela ne compensait pas le trajet effectué. Par contre, la région des Badlands (mauvaises terres) qui commence dans les environs de Willow Bunch semblent fort intéressante. Mais, mon temps limité et surtout la crainte de manqué d’essence m’a poussé à quitté le plus rapidement possible cette région pour retrouvé la transcanadienne. Les prairies c’est beau… mais cela fini par être long. … lire la suite.

En route pour l’Île-du-Prince-Édouard est le premier (petit) voyage que j’ai effectué seul. Je suis parti de Victoriaville le 28 juillet 2005 et je suis revenu chez moi le 1 août. J’aurais pu revenir quelques jours plus tard, mais avec le mauvais temps à l’horizon, j’ai choisi le chemin du retour au lieu de prendre le temps de bien visiter… la suite expliquera mieux le retour rapide. Mais, bon toute histoire à un commencement, alors commençons par le début.

Avant d’entreprendre ce voyage, je n’avais jamais fait de grand route en étant le chauffeur. Le plus loin que j’avais été c’est à Richelieu, où j’ai acheté ma voiture un an plus tôt. Et ce n’est même pas à 150 km de chez moi. Je m’étais donc jamais rendu jusqu’à Montréal, c’est pour tout dire. Je n’ai jamais eu de problème a faire beaucoup de route, mais comme passager. En tant que conducteur est-ce que ce serait le cas? J’espérais que cela ne me causerait pas trop de problème, car l’objectif était d’un jour aller à Vancouver (fait en 2006).

Ce voyage vers l’Île-du-Prince-Édouard, je l’ai fait littéralement sur un coup de tête … lire la suite.