Bien que la distance de cette journée soit moyenne avec moins de 800 km, en temps, c’est une longue journée. La route de Whislter (route 99 nord) jusqu’à la route 97 est très très sillonneuse. Et la vitesse y est réduite. La vitesse moyenne doit être dans les 60 km/h avec des virages sous les 30 km/h. On y traverse de nombreux ponts qui ne permettent pas de rencontrer d’autres voitures. Et on longe à quelques reprises des falaises qui n’ont parfois aucun garde-fou à ma grande surprise, je l’avoue. Même si le terrain à notre droite se trouve 30 mètres plus bas!

Une fois sur la route 97, je me suis dirigé vers 100 Mile House pour prendre la route 24 qui se trouve un peu avant ce village. J’ai opté par ce chemin pour aller à Jasper. Car, le temps passait très vite et qu’il me restait beaucoup de kilométrage à faire et ne voulant pas arriver trop tard à Jasper, cela me semblait être la meilleure solution. Je craignais d’arriver trop tard à Jasper et de ne pas avoir d’emplacement sur le camping. Avoir eu plus de temps, j’aurais opté pour la route 97 sud pour passer à Kamloops. À ce qu’on m’a dit, à mon retour au Québec, que c’est très beau se coin et le paysage est assez désertique.

Pour revenir au chemin emprunter, la route dans son ensemble se fait assez bien. Bien que la route 24 semble moins importante sur la carte, elle se fait assez bien et la vitesse y est raisonnable (70-80 km/h). J’ai pu faire le plein d’essence une fois rendu à Little Fort sur la route 5 nord. La route 5 ne pose également pas de problème. Le défaut que j’y rapproche est la difficulté à y dépasser les véhicules lourds qui y sont présents, vu la rareté des zones à doubles voies et même dans les côtes. Et souvent, il a plusieurs véhicules lourds chargés de bois qui se suivent.

Côté paysage sur ces routes, on y voit … lire la suite.




Le jour 11 fût la plus petite journée de route de ce voyage. Un maigre 140 km à fait. Mais, un magnifique 140 km. L’un des plus beaux avec la Promenade des Glaciers à Jasper. Le plus long de cette journée aura été d’attendre après le traversier, ne sachant pas trop à quelle heure ce dernier partait je suis arrivé à 9 heures et le Queen of Coquitlam ne partait qu’à 10 heures. J’avais l’horaire des traversiers, mais je n’ai pas trop compris comment elle fonctionnait. Cette fois-ci le navire avec une capacité de 1500 passagers et de 360 véhicules et bien sûr une cafétéria, arcade, boutique de souvenirs… comme tous les autres. La distance parcourue entre Departure Bay et Horseshoe Bay est de 30 miles nautique et on passe près que de 2 autres île, l’île Gabriola et l’île Bowen.

Contrairement à ma première traversée (Tsawwassen – Swartz Bay), la température dans le détroit de Georgia. Le vent y est froid, mais cela est peut-être dû au fait qu’il soit plus tôt que la première fois. C’est en voyant la côte que le décor change et devient grandiose. La vue des montagnes Rocheuses avec ses pics enneigées, de l’eau depuis le traversier est magnifique. Et nous fait oublier le froid!

Une fois rendu à terre, comme toujours la circulation y énorme au départ, vu que tout le monde descend. Mais, cela diminue rapidement, car contrairement à l’arrivée à Swartz Bay, il a plus d’une destination. On peut descendre et aller à West Vancouver ou se diriger vers le nord vers Whistler, ce que je ferais. C’est là que le plus beau commence. La route Sea to Sky (route 99) nous offre des décors de toute beauté. La route longe l’océan Pacifique et à notre droite, c’est les montagnes rocheuses. On voit au loin, la couleur bleu dans l’océan que laisse l’eau fondu par les glaciers. C’est vraiment impressionnant et vaut le détour! La vue y est excellente, mais la route elle est en construction sur plusieurs grande portion. Avec les jeux Olympiques de Vancouver en 2010, la route reliant Vancouver et Whistler a besoin d’être élargie et c’est ce qu’il faut en se moment, il ajoute une 2e voie. Les haltes présentes lors de mon passage, servaient alors aux gros camions pour la construction. Donc, impossible pour m’y moi de prendre des photos de ce paysage féerique.

Comme tout allait bien et j’allais pas arriver trop tard à Whistler, je pouvais me permettre d’arrêter voir les chutes de Shannon Falls, tout près de Squamish. … lire la suite.

Les chutes de Shannon Falls se trouve à Squamish en Colombie-Britannique. Les chutes sont facilement accessible depuis la route Sea to Sky (route 99) qui relie Vancouver à Whistler. Le stationnement des chutes est payant, mais par chance lors de mon passage la machine distributrice était défectueuse, résultat c’était gratuit. Un simple arrêt de 5 à 10 minutes suffit pour faire le tour du petit sentier qui nous permet de voir les chutes sur plus d’un angle. Contrairement à la chute Athabasca dans le parc national de Jasper que je trouvais difficile à voir vu l’angle de vision, cette fois-ci on se retrouve au pied de la chute Shannon Falls, ce qui offre une bien meilleure vue. La chute a une hauteur de 335 mètres. C’est la 3e plus haute chute de la province après celle de Della Falls (481 m) dans le parc provincial de Strathcona sur l’île de Vancouver et celle de Hunlen Falls (396 m) dans le parc provincial Tweedsmuir.

Photos prisent le 25 juillet 2006:

… lire la suite.

…et son histoire du rêve à la réalité!

L’ouest canadien… ah quelle belle partie du monde qui m’aura fait tant rêver. Depuis, la première fois que j’en aurais entendu parler, que j’en aurais vu des photos dans mes premiers cours de géographie à l’école. Comment ne peut être frappé par ces décors majestueux, ces plaines à perte de vues, ses montagnes au sommet enneigé, sa vu sur l’océan Pacifique… cela aura été le coup de foudre dès le départ.

Mais, j’en aurais mi du temps avant de réaliser mon rêve d’atteindre Vancouver. Depuis, l’adolescence que je dis à tout le monde qu’à 25 ans, j’irai voir Vancouver. Il aura fallu plus d’une dizaine d’années pour pouvoir respirer l’air de Vancouver. Et au final, il m’aura fallu un an de plus pour le réaliser ce bon vieux rêve.

Un an de plus pour le réaliser, mais on peut dire que cela aura été un an pour le préparer ce voyage de plus de 10 000 km. La préparation en tant que telle aura commencé en juillet 2005, lorsque sur un coup de tête, j’ai été m’acheter une tente pour aller voir le pont de la Confédération qui relie le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard. Un périple qui m’aura permis de voir la distance que je peux faire en voiture. Puisqu’avant d’effectuer ce voyage le plus loin que j’avais été avec ma voiture c’est à Montréal et ce n’est même pas 200 km. Là durant ce séjour, j’aurais fait 2600 km en 4 jours, donc une journée de 1300 km. Donc, je savais que je pourrais faire le trajet jusqu’à Vancouver, sans que cela soit trop pénible.

Par le fait même ce voyage de 2005, m’aura permis de voir si j’allais aimer ça dormir dans une tente. Même si j’ai fait du camping avec mes parents depuis mon plus jeune âge, je n’avais jamais dormi avant dans une tente. Étant habitué dès mon jeune âge avec une tente-roulotte et dès 1990, mes parents ont eu une roulotte. Donc, dès là c’était du camping de luxe, avec matelas confortables, chauffages et télévision! Une simple tente allait-elle me convenir? J’aurais au moins découvert que ces petits matelas de mousse sont loin d’être confortables. Mais, à part ça, j’ai aimé ce beau petit voyage… mais là ce sera pour une autre « histoire ». Ce matelas de mousse aura été remplacé par un bon matelas pneumatique pour ce voyage, merci à ma soeur pour le cadeau en passant!

Sachant que la route ne posait pas de problème, de même que pour le camping, il me restait à voir si j’allais avoir le temps nécessaire pour le faire. Et c’est en mars 2006, que j’ai su que j’aurais finalement droit à mes trois semaines de vacances consécutives. Dès, la recherche de documentations à commencer sur le net. J’ai alors fait venir les guides touristiques en français et en anglais des 5 provinces que j’allais rencontrer dans mon voyage. L’Alberta aura été la plus rapide et par chance! Probablement la plus belle avec la Colombie-Britannique qui a également été rapide. L’Ontario par contre, c’est fait attendre tout comme la Saskatchewan, mais bon j’ai fini par recevoir ce que je voulais.

Une fois la documentation trouvée, il me restait à m’y préparer. En 2005, le voyage avait … lire la suite.